LES PAYSANS PARFUMEURS

  • Léa Steuperaert

    Je suis originaire du Sud de la France, née à Grasse, j’ai grandi sur les collines avoisinantes du massif de Tanneron, entourée par la beauté des montagnes, par le bleu intense de la mer Méditerranée et immergée dans les effluves des pins.​

    Le yoga a changé ma vie, j’avais 22 ans quand je suis partie à Bali pour en découvrir sa philosophie. J’ai quitté ma carrière de volleyeuse et mes études de commerce pour suivre mon rêve, celui de vivre une vie remplie de beauté, de passion et d’amour pour la Terre et les règnes qui l’habitent. Le mouvement, la reconnexion à la nature, à mon esprit et à mon corps ont été comme des médecines.​

    Je pense profondément que la relation que l’on entretient avec soi-même, la bienveillance et l’amour que l’on se porte, a un impact dans notre rapport au monde. C’est pour moi le point de départ de tous changements personnels et collectifs.​

    Depuis plusieurs années maintenant, je consacre mon temps à étudier la médecine ancestrale occidentale, je réfléchis à la complexité du monde et je me laisse inspirer par la nature qui m’entoure. Je me relie à mon cœur, à mon intuition et je m’ouvre à la vie en prenant conscience que je suis simplement le canal de quelque chose de plus grand.​

    Paysan Parfumeur, c’est pour moi une passerelle de reconnexion entre la nature et le monde moderne. Une expérience immersive et poétique, à travers des effluves parfumées, qui nous guideront vers une découverte et une guérison profonde de notre être.​

    Préserver l’art du parfum, dans ses origines millénaires, c’est garder vivant l’aspect sacré qui nous relie à toutes formes d’altérités qu’elles soient en lien avec le divin ou avec les règnes qui peuplent la Terre. 

  • Eric Reiffsteck

    Enfant j'étais passionné par le comportement animal, j'observais les oiseaux, fascinés par la couleur de leur plumage, leur liberté de voler. J'apprenais à une vitesse folle toutes les espèces d'animaux, à les reconnaître. Je passais mon temps à explorer la nature dans les forêts et les marécages.​

    Puis dans ma vie d'adulte, j'ai perdu le contact avec la nature en vivant dans de grandes villes, Paris puis New York City. Un jour, dans un geste radical, j'ai changé de vie, de l'industrie cinématographique je suis passé à la paysannerie avec l'acquisition d'un domaine d'olivier de plus de 800 arbres centenaires.​

    J'ai trouvé une forme de méditation dans la contemplation des végétaux. Ma maison se trouvant en plein milieu de la nature, j'étais aux premières loges, je pouvais observer avec attention, au fil des jours, leur développement.​

    J'ai été transporté par la beauté de ces agencements qui donnaient forme à leurs branches, leurs feuilles et leurs fleurs. De ces observations sont arrivées simultanément les premières fragrances.​

    Les effluves parfumées des plantes qui m'entouraient, celle des pins, des lavandes, des thyms, des genévriers cades, des pistachiers pour ne citer que certaines d'entre elles, ont indiscutablement ouvert un canal de communication entre elles et mon être intérieur.​

    Après avoir suivi une formation de parfumerie à Grasse, j'ai travaillé mes propres extractions de plantes, de celles que je cultivais ou récoltais en sauvage dans les montagnes environnantes. Passionné par l'alchimie, j'ai suivi les enseignements de deux d'entre eux, Patrick Rivière et Patrick Burensteinas. Puis avec l'aide de ma mentor, Caroline Albert, cofondatrice du Gattilier, j'ai élaboré mes premières teintures mères (macération dans l'alcool), de gemmothérapie avec les bourgeons, mais aussi la distillation à l'alambic de cuivre ou au soxhlet de verre.​

    De fil en aiguille, j'ai commencé à composer, assembler ces différentes extractions, pour retrouver et partager à mon entourage ces fragrances qui m'avaient ramené à l'émerveillement, au bien-être émotionnel et à la paix intérieure.